Google Buzz, départ manqué et vie privée

Google a lancé cette semaine son nouveau produit, Google Buzz. On y voit sans conteste une tentative de faire de l’ombre à Facebook et il faut dire que Google a les atouts pour le concurrencer. Évidemment, avec tous les services Google que les gens utilisent, ça fait un paquet d’informations à partager. Interconnectez le tout, ajoutez un nom piqué à Yahoo! et un logo à la Google et vous obtenez Google Buzz.

Je dois dire que l’outil lui-même souffre encore de quelques imprécisions (notamment, comment est-ce que j’y partage automatiquement les billets de mon blog?) mais je dois dire que techniquement, c’est pas mal du tout. J’aime bien notamment cette capacité à tout centraliser (compte Twitter, photos Flickr et la ribambelle de services Minitel 2.0), couplé avec des protocoles et APIs ouverts, ça a du potentiel.

Mais évidemment, comment ne pas rater plus magistralement le lancement de son produit? Les problèmes de vie privée ont été au cœur des commentaires – et à juste titre. Rendre public par défaut la liste des abonnés publique, c’est-à-dire montrer à tout le monde avec qui vous échangez le plus de mails privés faut-il le rappeler; et aussi partager ces informations sans votre consentement, mais par défaut… on pouvait difficilement faire plus maladroit.

Les premières victimes n’ont pas tardé à se faire entendre. (Lire notamment F*ck you, Google, où la bourde de Google a des conséquences très très dommageable pour cette personne). Correction: la page est désormais bloquée, donc pour savoir de quoi il était question, lire l’article du Guardian.

Alors évidemment, Google est largement responsable. Les courriels échangés via Gmail relèvent de la correspondance privée. Il ne viendrait jamais à l’idée de Google de publier les destinataires de vos courriels, c’est pourtant ce qu’ils ont fait maladroitement avec Buzz et la liste par défaut des abonnés (sans compter le partage automatique des contenus détenus par d’autres services Google, comme Reader, que cela impliquait).

Le magazine Wired, tient désormais un sondage intitulé « What Buzzeth you About Google Buzz? » sorte de top50 des erreurs et des fautes de Google.

Cependant, j’aimerais quand même rappeler quelque chose… notamment à la lecture de cette réponse (numéro 3) du sondage :

Breach of Trust
by Anonymous

I am a lawyer. The names of clients, witnesses, investigators, and expert witnesses are all confidential, and Google just breached the trust that my clients have in me to keep ALL of their information confidential. I signed up for email. Not social networking. We can no longer trust Google. They do not appreciate our privacy. Lawyers must immediately cease using Google provided services since they breach our client’s privacy.

Premièrement, je trouve l’attitude de cet avocat plutôt maladroite. Il a la confiance de ses clients, ses témoins et des enquêteurs etc. et qu’a-t-il fait de la responsabilité qui lui incombe de protéger leur confidentialité? Il a donné l’entière responsabilité de cette tâche à Google. J’aimerais connaître les raisons qui peuvent l’amener à faire confiance à Google. Ça me rappelle l’histoire de ce trafiquant d’arme belge, arrêté notamment via les courriels qu’il échangeait sur Gmail. C’est cocasse.

Car si encore Gmail n’était que votre facteur, je peux comprendre que vous fassiez confiance à Google comme facteur. Après tout, vous devez faire de même avec la Poste. Mais que vous lui laissiez toutes les données, tous vos courriers et toutes les informations qu’ils contiennent… La confiance implique le principe de mutualité. Quelle mutualité y a-t-il entre vous et le géant Google?

Deuxièmement, le courrier c’est une chose… mais Buzz centralise et partage, interconnecte en quelque sorte toutes les données que vous confiez à Google. Et c’est là le drame, certains se rendent compte de la masse d’informations faramineuse qu’ils ont confiée et qui ne sont pour Google qu’à la portée de quelques clics et modifications, et tout ça sans aucun contrôle possible de votre part (ou si peu).

Je pense qu’en ce qui concerne les problèmes de vie privée, le pouvoir de nuisance de Google n’est que le pouvoir que nous, utilisateurs, voulons bien lui donner, en abandonnant non seulement nos données, mais aussi notre propre responsabilité de protéger notre vie privée; une responsabilité qui incombe à tous et dont les répercussions se font sentir dans toute la société.

Enfin, pendant ce temps-là chez Facebook, on va aussi sur le terrain de Google. En dévoilant un peu plus leur application de messagerie instantanée, ils se rapprochent de Google Talk. Pour finir sur une note positive, ça nous fait encore plus de personnes qui utilisent XMPP/Jabber. Bonne nouvelle.

15 réponses à “Google Buzz, départ manqué et vie privée

  1. idoric dit :

    Pour ne rien arranger, Google Buzz souffre du même problème que Google Wave : on peut modifier un message auquel il y a déjà des réponses. Ceci dit, cela permet de faire de bonnes blagues (en attendant les mauvaises): http://www.thedoghousediaries.com/comics/uncategorized/2010-02-12-1311722.png

    Une autre réflexion que je me fais, c’est que la plupart des gens sont prêts à sacrifier la sécurité de leur vie privée (du moins le croient-ils, quand ils verront ce que ça implique réellement…) pour plus de confort d’usage. Or, la centralisation (côté utilisateur) de tout ce qui fait notre vie en ligne rend non seulement les choses bien plus simples et agréables, mais ouvre de plus de nouvelles possibilités. Tout ça pour dire que le projet Raindrop de Mozilla s’avère de plus en plus nécessaire, et doit réussir dans notre intérêt à tous [1].

    Mais pour reprendre la réflexion de Clochix, l’essentiel du problème est ailleurs : ne pas utiliser à titre personnel les outils de Google ne protège(ra) en rien des dérives de celui-ci si on communique avec des personnes qui eux les utilisent. Par exemple, quand je communique via email ou jabber avec un compte google, mais il y a plus vicieux : ces gens qui rapatrient les messages de leurs différents comptes sur leur compte google… Je commence tout juste à réfléchir sérieusement à cette question, mais il va bien falloir trouver des réponses !

    [1] https://mozillalabs.com/raindrop

    • hugo dit :

      Il est vrai que je n’ai pas envisagé ici cet aspect du problème, qu’il faut nécessairement prendre en compte. Ça montre bien toute la responsabilité qui incombe à chacun : protéger sa vie privée, c’est surtout protéger la société dans son ensemble.

      Par contre quand tu dis la plupart des gens sont prêts à sacrifier la sécurité de leur vie privée (du moins le croient-ils, quand ils verront ce que ça implique réellement…) pour plus de confort d’usage., il faut tout de même peser un argument important : la plupart des gens n’ont jamais appris (ni même envisagé) qu’il fallait protéger leur vie privée sur Internet. Concernant les courriers électroniques, entre avoir son mail @orange.fr ou @sfr.fr ou @gmail.com; la différence ne tient qu’au fait que Google est plus puissant. La protection de la vie privée, techniquement, est la même et elle est très faible (en fait, il n’y a que la loi française qui protège, absolument pas la technique).

      D’où l’intérêt (concernant la vie privée) de revenir aux fondamentaux d’Internet prôné par FDN.

      • idoric dit :

        > « la plupart des gens n’ont jamais appris (ni même envisagé) qu’il fallait protéger leur vie privée sur Internet »

        Tout à fait d’accord, mais quand j’aborde le sujet, mes arguments sont balayés d’un « mais c’est plus pratique quand même, tu ne trouves pas ? ».

        • hugo dit :

          Dans ce cas, répondons que c’est aussi plus pratique pour les entreprises, l’État, les voisins, n’importe qui de savoir tout sur tout le monde :)

  2. Fine analyse des (vrais, ou pas) problèmes de vie privée posés par Google Buzz, par @hugojroy http://bit.ly/dohyEt

  3. RT @manhack: Fine analyse des (vrais, ou pas) problèmes de vie privée posés par Google Buzz, par @hugojroy http://bit.ly/dohyEt

  4. Jorge Borges dit :

    RT @manhack: Fine analyse des (vrais, ou pas) problèmes de vie privée posés par Google Buzz, par @hugojroy http://bit.ly/dohyEt

  5. RT @manhack: Fine analyse des (vrais, ou pas) problèmes de vie privée posés par Google Buzz, par @hugojroy http://bit.ly/dohyEt

  6. loloster dit :

    RT @manhack: Fine analyse des (vrais, ou pas) problèmes de vie privée posés par Google Buzz, par @hugojroy http://bit.ly/dohyEt

  7. RT @manhack: Fine analyse des (vrais, ou pas) problèmes de vie privée posés par Google Buzz, par @hugojroy http://bit.ly/dohyEt

  8. Damien VIROT dit :

    RT @manhack: Fine analyse des (vrais, ou pas) problèmes de vie privée posés par Google Buzz, par @hugojroy http://bit.ly/cLU3rI

  9. Olivier G. dit :

    RT @manhack: Fine analyse des problèmes de vie privée posés par Google Buzz, par @hugojroy http://bit.ly/dohyEt (ping @stephtara)

  10. Erwan dit :

    RT @manhack: Fine analyse des (vrais, ou pas) problèmes de vie privée posés par Google Buzz, par @hugojroy http://bit.ly/dohyEt

  11. Nico DIAZ dit :

    Fine analyse des (vrais, ou pas) problèmes de vie privée posés par Google Buzz, par @hugojroy http://bit.ly/dohyEt via @manhack

  12. hugo dit :

    Ajout du §
    « Je pense qu’en ce qui concerne les problèmes de vie privée, le pouvoir de nuisance de Google n’est que le pouvoir que nous, utilisateurs, voulons bien lui donner, en abandonnant non seulement nos données, mais aussi notre propre responsabilité de protéger notre vie privée; une responsabilité qui incombe à tous et dont les répercussions se font sentir dans toute la société. »