Archives

Français

La Deutschland Radio fête le Document Freedom Day

Un peu partout dans le monde, des centaines de gens ont décidé de célébrer le Document Freedom Day. Il s’agit d’expliquer l’importance des Standards Ouverts, à l’heure où ceux-ci sont menacés (cf. bref communiqué de la FSFE, en anglais). Les standards ouverts sont des garanties de durabilité et d’interopérabilité des données et des programmes informatiques. Si vous les utilisez, vous pouvez être sûrs de pouvoir encore lire vos fichiers et vos documents dans le futur, même avec un autre logiciel, sur une autre plateforme ou un autre système d’exploitation.

De plus, les standards ouverts sont les plus enclins à permettre la communication et le travail collaboratif. Ce n’est pas un hasard en effet si le monde entier peut communiquer grâce à l’Internet, aux emails et sur le Web. Tout cela est rendu possible parce qu’ils sont construits et conçus pour utiliser des standards ouverts – c’est-à-dire que contrairement à des formats ou des protocoles propriétaires – ils sont conçus collégialement, dans un processus ouvert et démocratique, et chacun peut les implémenter et les utiliser sans contraintes. Ce sont du même coup des formidables outils de politique publique, notamment en matière de concurrence et d’appels d’offre publics.

De plus en plus de gouvernements mandatent l’utilisation de standards ouverts. C’est aussi une très bonne nouvelle de constater que des entreprises les adoptent.

C’est par exemple le cas de la DeutschlandRadio, qui fournit ses émissions dans le format Ogg Vorbis, que vous pouvez lire avec le logiciel libre VLC par exemple.

Alors aujourd’hui, avec mes compagnons de la Fellowship de la Free Software Foundation Europe à Berlin, nous avons décidé de remercier DeutschlandRadio, et nous en avons profité pour discuter de l’importance des standards ouverts autour d’un énoooorme gâteau. Nous avons eu aussi le plaisir de faire un tour dans la station de radio… bon j’ai pas tout compris parce que c’était en allemand mais c’était un moment sympa !

Photo de groupe
(Photo du groupe de Fellows de Berlin – je suis tout en bas à droite)

Plus d’infos : Radio stations granted awards for using Open Standards

Ne laissez pas les négociateurs d’ACTA vous rouler dans la farine

Par Philippe Aigrain (English version), CC BY-SA

Faisant face à la montée d’un débat critique, les négociateurs de l’accord international commercial ACTA, et, en Europe les gouvernements qui leur donnent un mandat de négociation construisent un rideau de fumée. Ils répètent aux critiques venant de divers segments de la société civile (défenseurs des libertés et des droits, mouvement d’accès aux médicaments et aux connaissances) de ne pas se faire de souci. Tout est pour le mieux, le processus n’est pas moins démocratique que d’habitude, les droits et libertés ne seront pas plus mis en danger qu’ils ne le sont déjà, rien n’allant au-delà de l’acquis communautaire en matière d’exécution des droits ne sera inclus dans le traité, l’accès aux connaissances et à la santé ne quitte jamais leurs pensées, Internet restera ouvert, etc.

Ne vous laissez pas rouler dans la farine. Des éléments précis ont été dévoilés montrant que :

Quand un processus est à ce point hors du contrôle démocratique, quand il est si potentiellement dangereux pour la liberté d’expression et les droits fondamentaux, si évidemment construit pour les besoins de quelques intérêts privés et du fanatisme du contrôle, quand ce processus a tant de chances de devenir encore pire dans le futur, le temps n’est plus à la limitation de dégâts. ACTA doit être stoppé, point. Dites-le à vos amis, à vos parlementaires nationaux et européens, à vos gouvernements si vous avez une occasion de leur parler. S’il y a une élection prévue faites savoir que vous ne voterez jamais pour un candidat qui ne s’engagerait pas à l’arrêt définitif des négociations ACTA et à refuser tout nouveau mandat pour ce type d’accord international.

Paris sous surveillance très étroite (2011)

Voilà à quoi Paris ressemblera dès 2011, une ville ultra quadrillée par des caméras de vidéo-surveillance. Alors même que la ville la plus vidéo-surveillée du monde, Londres, fait mentir tous les politiciens qui mettent en place ces plans démagogiques (voir, La surveillance, ça sert à acheter des voix). Pour comparaisons.