Archives

internet

Qu’est-ce qu’Internet ? par Benjamin Bayart, président de FDN

Médialab SciencesPo / Libertés Numériques

Internet est un système primordial dans notre société. Sans accès à Internet, la liberté d’expression ne peut être complète. De plus, il a été un moteur de croissance économique et d’innovation sans précédent.

Mais comment les changements inaugurés par ce « réseau des réseaux » peuvent-ils être expliqués ? Quelle est la nature d’Internet qui nous permet de comprendre les bouleversements qu’il apporte ?

C’est devant la nécessité de répondre à cette question, notamment au devant des multiples débats politiques et des législations le concernant, que l’association Libertés Numériques de Sciences Po a organisé un cycle de trois conférences en avril et en mai. L’objectif était notamment d’amener un bagage technique et un point de vue pertinent sur Internet, afin de contribuer au débat.

French Data Network, le plus ancien FAI en France

Qui mieux que Benjamin Bayart pouvait réussir cet exercice de vulgarisation scientifique ? Expert en télécommunications et grand connaisseur d’Internet et du Logiciel libre, Benjamin Bayart est aussi président de French Data Network, fournisseur d’accès à internet associatif depuis 1992. Il est notamment à l’origine du concept de Minitel 2.0 qui dénonce un usage du réseau et du Web à l’opposé des dynamiques propres à un Internet libre.

Je tiens à remercier Sylvain, Léo et Pierre de Libertés Numériques, qui ont organisé ce cycle de conférence. Également, il faut remercier le médialab de Sciences Po qui nous a soutenu et Andrews Junior Kimbembe qui a réalisé les superbes affiches.

Donc ci-dessous, vous pouvez visionner et télécharger les 3 conférences (de environ 2 heures chacune). Évidemment, j’utilise entièrement des standards Web, donc les vidéos sont au format Theora. Si vous n’êtes pas familier avec ce format, vous pouvez consulter Wikipédia. Enfin les téléchargements nécessitent un logiciel pair-à-pair torrent tel que Transmission (GNU/Linux & Mac OS X) ou Vuze (Windows & autres).

Suite au trafic trop important généré par la lecture des vidéos, j’ai supprimé leur diffusion ici. Vous pouvez toujours télécharger les conférences par Torrent ou avec les miroirs — ou alors si vous avez une solution d’hébergement peu coûteuse avec un trafic supérieur à 1 TB par mois, je suis preneur !

Le réseau de transport

Téléchargez Firefox pour
pouvoir lire les vidéos sur le Web.

Télécharger la vidéo : format Theora, Vidéo + diapos, torrent

Pour bien comprendre, il faut bien avoir en tête le vocabulaire. Si vous n’êtes vraiment pas familier avec les réseaux, vous pouvez peut être consulter Wikipédia au préalable : Routeur, Client-serveur, Adresse IP

Les applications du réseau

Téléchargez Firefox pour
pouvoir lire les vidéos sur le Web.

Télécharger la vidéo : format Theora, Vidéo + diapos, torrent

Les impacts politiques et sociétaux

Téléchargez Firefox pour
pouvoir lire les vidéos sur le Web.

Télécharger la vidéo : format Theora, Vidéo + diapos, torrent

Merci à Makoto pour les vidéos ré-encodés.

Conférence : Qu’est ce qu’Internet ? Impacts sur la société, conséquences politiques

Ce soir, l’association Libertés Numériques conclut son cycle de trois conférences données par Benjamin Bayart sur le thème « Qu’est-ce qu’Internet ? »

Cette semaine, l’objectif est de conclure sur les impact sociétaux d’internet, ses conséquences politiques de manière interactive avec des invités. Neutralité du Net, Impact politique de la centralisation d’internet, impact politique du poids de Google et Facebook. Autant de questions abordées ce soir.

L’entrée est libre !

Date: mardi 4 mai
Heure: 19h15
Lieu: Sciences Po, amphi Albert Caquot, 28 rue des Saints Pères, Paris

Pourquoi je n’utiliserai plus Facebook

Jusqu’à présent, Facebook était un « réseau social » qui permettait à ses utilisateurs de se relier entre eux en « devenant amis » pour ainsi partager et publier des informations, des liens et des contenus. Certes, si on publiait sa vie privée sur facebook, on pouvait ensuite s’en mordre les doigts et commencer à se poser des questions : « ma vie privée est-elle menacée par facebook ? », « faut-il instaurer un droit à l’oubli pour protéger les jeunes de leur utilisation de facebook ? »

J’ai déjà décrit ce que j’en pensais. Souvent les questions posées vis-à-vis de facebook sont mal fondées, et reposent d’une part sur un manque de connaissance des technologies web sous-jacentes, et d’autre part sur une incompréhension des pratiques sociales de la notion de « vie privée » ou de privacy en anglais, et sa perception.

J’ai trouvé jusque là qu’il n’y avait pas grand mal à être inscrit sur facebook. C’est un puissant moyen de diffusion qui m’a permis de partager quotidiennement des liens, des articles de ce blog, à plus de cent personnes à chaque fois. En revanche, ne pas être inscrit à facebook représente des désagréments nombreux : ne pas être tenu au courant des évènements (à Sciences Po, facebook est très utilisé pour l’organisation des conférences, etc.), l’impossibilité de communiquer avec les autres (car le chat de facebook est très utilisé et ne permet de se connecter qu’entre utilisateurs du réseau), ne pas accéder à cette base de données somme toute bien pratique (retrouver un numéro de téléphone, une adresse email, ou bien une connaissance). L’augmentation du nombre d’utilisateurs, l’effet réseau, et en plus, la pression sociale rendent facebook quasiment incontournable. Il me semblait donc idiot de renoncer à tout ça juste parce que facebook était un service centralisé (on appelle ça le Minitel 2.0 et il est indispensable de comprendre ce que cela implique).

En somme, le calcul des avantages moins les inconvénients était positif, surtout si, comme moi, on est soucieux de garder le contrôle de ses publications et que donc on n’a ni souscrit à n’importe quoi, ni publié quoique ce soit qui n’ait été un minimum réfléchi.

Mais voilà, cette semaine, facebook a annoncé ses plans et les changements qu’ils venaient de mettre en place. Et là, la balance a totalement basculé. Il est hors de question que je continue à utiliser ce « service » et encore moins d’encourager les autres à le faire.

Continue